ENTER2019 Discussed Key eTourism Trends: AI and Robotics

Let me share the latest Press Release from IFITT: 26 February 2019

ENTER2019, the leading eTourism conference organised annually by the International Federation for IT and Travel & Tourism (IFITT), was held this year in sunny Nicosia, Cyprus on 29 Jan – 1 Feb. Renowned for its topical debates, inspiring keynotes, and highly practical workshops, ENTER has brought together leading academics and industry professionals in travel and technology since 1994. Over the years the conference has firmly established its place as a platform showcasing cutting-edge research in eTourism and shedding light on current developments as well as future challenges in the space. “Organising ENTER forms a key part of IFITT’s activities and celebrates the Federation’s dedication to bringing value to society at large,” says Iis Tussyadiah, IFITT President.

One of the key themes at this year’s ENTER were artificial intelligence (AI) and robotics.

The emergence of increasingly powerful computing technology combined with ever more affordable prices has brought about new ways of doing business, effectively allowing forward-looking tourism companies to automate some – or all – of their routine front- and back-end tasks. Furthermore, recent advances in machine learning and big data analytics have made it possible to, not only make more accurate predictions and forecasts based on unstructured data, but to also continue learning from emerging behaviour in ways that have not been possible before.

Working at the forefront of these developments are Urška Starc-Peceny and Tomi Ilijaš from Slovenia-based Arctur Technologies. In an illuminating keynote entitled “Tourism 4.0,” Tomi outlined Arctur’s plans for bringing the tourism industry to the digital era once and for all. Using Slovenia as a nationwide “living lab”, Arctur is pioneering AI and blockchain technologies that completely change the way people consume travel experiences. At the core of their innovative approach is a novel credit-based system for tourists. Travellers seeking visas to Slovenia are granted a certain amount of personal credits upon entry. These can be used to purchase goods and services from small, independent producers spread across the country. The idea is to boost local economies by encouraging travellers to seek experiences off the beaten path and explore what the country has to offer more holistically, whilst simultaneously facilitating safer transactions free from exchange fees. Transactions are made safe by the clever use of distributed ledger technology.

In addition to clever business applications, AI and robotics were also very much front and centre in the academic debate of the conference. For example, Stanislav Ivanov of Varna University of Management, discussed the macro-economic and political implications of robotised societies at large. In his view, the case for increased robotisation is clear: our economies rely on continuous growth, but because of falling birth-rates combined with longer life expectancies, global productivity in services is falling simply due to lack of hands. “As societies, we’re faced with two choices, really: either we need to start making more babies, or we need to implement robotics where possible in order to do more with less people. Telling people how many children they can and should have has never worked out well; robots simply make more sense, both short- and long-term,” says Stan.

But how exactly should we start robotising our lives?

Where to begin, and why? The impending robot revolution raises countless ethical issues which need to be addressed sooner rather than later according to Marianna Sigala of University of South Australia. In her thought-provoking presentation, Marianna voiced concerns over job displacement, biased algorithms, increased surveillance in the pretext of hyper-personalised products and services, as well as the gradual disappearance of “humanness” in travel and tourism. A workshop facilitated by Ulrike Gretzel of Netnografica picked up on the latter and further illustrated the ways in which AI and robotics are already changing interactions with services through type/touch, voice, and gesture, in relative order of importance.

Naturally, these new ways of interaction give businesses more opportunities to get to know their customers better, leading to more optimised service offerings. Also, the abundance of data might also unlock new knowledge and lead to innovations that would otherwise go unnoticed. Although, there are several examples of AI-mediated experiences gone wrong, with the inevitable technical hiccups causing service failures. Related issues of cybersecurity, data privacy, and the deliberate manipulation of human behaviour have become hot topics amongst the techno-sceptics. More research is required to better understand the nascent relationship between the humans and the increasingly intelligent technology that gradually surrounds us.  No doubt that the IFITT community will continue pushing the boundaries of eTourism further and provide cutting edge research related to this topic.

Plan to attend the next ENTER Conference

The next ENTER Conference will be hosted by the University of Surrey’s School of Hospitality and Tourism Management on 8-10 January 2020 in Guildford, UK. See www.ifitt.org for more information.

Press contact: ifitt@ifitt.org

2nd International Workshop on Knowledge Graphs on Travel and Tourism

We would like to invite you cordially to consider contributing a paper to TourismKG 2019 – collocated with the 22nd International Conference on Business Information Systems  (BIS 2019). The 1st edition of this workshop was held at ICWE 2018 and 13 papers were published by Springer as a LNCS volume.  

Workshop website: https://tourismkg.github.io/2019

(C) Seville – John6536 Flickr

Workshop date: some day between 26-28 June 2019

Submission deadline: 15th of April, 2019

Publication: Springer LNBIP volume

Structured and unstructured data from private companies or public-domain can be transformed and integrated with external knowledge in order to create the so-called Knowledge Graphs. Artificial Intelligence techniques (such as Natural Language Processing, Machine Learning), are used by popular applications such as Siri, Google Now, or Alexa. The success of these techniques depends on the existence and quality of Knowledge Graphs.

While Knowledge Graphs have been successfully used in domains such as finance, medical or e-commerce, little attention has been paid to apply Knowledge Graphs in the Tourism and Travel industry. Thus, the goal of this workshop is to raise the awareness of the importance of Knowledge Graphs on the travel industry and discuss their usage, challenges, enhancement, and ways of their commercial exploitation.

The main goal of this workshop is to foster collaboration between the Business, Engineering, and Research communities of the Travel and Tourism industry. BIS 2019 will be focused on the multidisciplinary discussion about Data Science, joining engineering/scientific and business sides, and its impact on current enterprises. TourismKG 2019 focus will be aligned with BIS 2019: to inspire engineers/scientists to share theoretical and practical knowledge of the different aspects related to Data Science, and to help them transform their ideas into the innovations of tomorrow, with emphasis on the business model on the generation/use of Tourism Knowledge Graph.

Topics of interest

=============

Proposed topics, including but not restricted to:

Call for papers

Paper submission and publication

We envision three categories/tracks, each one will be evaluated differently according to the nature of the submission:

» Research papers, presenting novel scientific research addressing the topics of the workshop. Novelty and soundness will be key criteria.

» Resource papers, presenting resources such as datasets, ontologies/vocabularies, systems/services. Availability and reproducibility of results is a requirement.

» Industry & Use Case Presentations, in which industry experts can present and discuss practical solutions, use case prototypes, best practices, etc. Evidence of use and adoption in practice should be noticed.

Full papers (max 12 pages) and short papers (max 4 pages) will be accepted for the workshop presentations. But, in order to include short papers in the proceedings, an extended version (up to 12 pages) will have to provided after the workshop and will be reviewed as a regular full paper.

The accepted papers will be published as Springer LNBIP proceedings.

All proposed papers must be submitted in electronic format https://easychair.org/conferences/?conf=tourismkg2019

Important dates

Paper Submission: Monday, 15th of April, 2019

Acceptance Notification: Wednesday, 15th May, 2019

Camera-ready Version : Wednesday, 19th June, 2019

Workshop: TBA (between 26 and 28 June)

Organizing Committee

Mariano Rico, Ontology Engineering Group, Universidad Politécnica de Madrid

Miriam Scaglione, School of Management & Tourism, University of Applied Sciences Valais

Idafen, Canary Island Statistics Institute (ISTAC), Spain.

Freddy Priyatna, Ontology Engineering Group, Universidad Politécnica de Madrid

Nandana Mihindukulasooriya, IBM Research AI, USA.

Sélection automatique des hôtels en fonction du comportement des touristes

Après une phase durant laquelle les moteurs de recherche ont présenté des résultats uniquement sélectionnés par des mots clefs, la communauté scientifique cherche maintenant à mettre un peu plus d’intelligence dans le processus de recherche. Une équipe autrichienne a ainsi classifié les touristes selon 7 grandes catégories (Sunlover, Educational, Independant, Cultural, Sportive, Riskseeker et Escapist). Après avoir entrainé leur système en collectant les données enregistrées par la base Giata pour 371 hôtels, ils démontrent par leur recherche que des propositions mieux ciblées sur les attentes des touristes peuvent être faites en prenant en compte les profils des internautes lors de leur recherche. Il s’agit sans aucun doute d’une piste pouvant conduire à de meilleurs conseils en utilisant les données GIATA ou celles d’autres systèmes d’information touristiques.
Vous trouverez plus de détail dans la présentation ci-dessous ainsi que les coordonnées des auteurs si vous souhaitez en savoir plus.


#hotel #etourisme #ifittorg #enter2018

Une longue interrogation quant à l’histoire de l’avenir. Quels seront les implications du recours à l’intelligence artificielle ?

Nous avons la chance de vivre dans un monde en évolution permanente. Evolution largement influencée par les développements technologiques depuis le 19e siècle. En cette année 2017, les grands acteurs de la société de l’information prennent des nombreuses initiatives pour prendre en charge les aspects cognitifs de nos échanges. Les annonces d’IBM Watson, de Google ou de Facebook en matière de développement des algorithmes ayant recours aux techniques d’intelligence artificielle portent essentiellement sur des aspects ludiques mais cachent en réalité des modification beaucoup plus importantes de l’évolution de notre Société.

Alors que je termine la lecture de Homo deus – Une brève histoire de l’avenir de Yuval Noah Haraqri, les discussions familiales au sujet de l’homme augmenté et de l’impact de l’intelligence artificielle sur nos sociétés, sont plutôt animées. Mon fils m’a ainsi signalé le travail de l’un de ses camarades de promotion à HEC : Alexandre CADAIN dont les réflexions relatives aux impacts positifs des solutions induites par l’#AI stimulent mes vraies neurones. Il est certain que nous vivons aujourd’hui une révolution aussi grande que celle vécue par nos ancêtres homo sapiens lorsqu’ils se sont appropriés le feu. Qu’allons-nous devenir lorsque nos apports cognitifs seront largement pris en charge par l’AI ? Quels sont les impacts sur notre Société ? Comment nos relations avec les machines évoluent-elles et surtout comment pouvons-nous nous approprier les bienfaits de ces nouveaux algorithmes ? Voilà autant de questions qu’il me plairait de traiter au cours des mois à venir. Alors, si le sujet vous intéresse, je vous invite à découvrir les idées qu’Alexandre a récemment développées lors d’une intervention à HEC.

 

Virtualisation des congrès

JC Morand conférencier à WESTMICE Belgrade 2016

4/11/16 – Les 20 et 21 octobre, j’ai eu le plaisir de représenter l’International Federation for IT in Tourism  & Travel (IFITT) lors d’un symposium WESTMMICE à Belgrade (Serbie) dédié aux MICE, c’est-à-dire les congrès ! Des représentants de la plupart des pays des Balkans étaient présents pour trouver les moyens de développer le tourisme d’affaires dans leurs territoires respectifs, un workshop étant tenu en parallèle avec plus d’une centaine de structures d’accueil et hôtels venus présenter leurs offres.

A cette occasion, j’ai choisi de leur parler de la virtualisation des congrès car ceux-ci sont principalement dédiés aux transferts des connaissances. Or, ce concept ne cesse d’évoluer avec Internet. Des wikis, des blogs, des MOOC permettent en un clic de tout savoir sur un sujet ou encore de suivre les news publiées pour un produit, une marque ou un leader de l’industrie. Youtube est devenu en quelques années, la seconde source d’information pour nos recherches. Des millions de vidéos sont à notre disposition pour présenter toutes sortes de produits, de solutions, de savoirs, de points de vue… rendant de plus en plus suranné les grands rendez-vous sous forme de congrès. Quelques un regretteront la disparation, toute relative, des contacts humains mais l’avantage économique et la nouvelle agilité trouvée dans les différentes formes d’accès aux connaissances font largement pencher la balance en faveur des moyens électroniques ceci d’autant que les réseaux sociaux compensent partiellement l’absence de contact humain. Il en est ainsi des meetings, symposiums et congrès dont les coûts restent importants pour les entreprises qui se voient dans l’obligation de limiter le nombre d’employés pouvant effectivement se rendre dans une autre ville pendant plusieurs jours.

#MICE #WESTMMICE #CONGRES #IFITT

Une mascotte pour promouvoir une destination. Pourquoi pas ?

Cet après-midi, je l’ai consacré à la découverte de nouveaux concepts du marketing touristique et j’ai ainsi fait connaissance des Yuru-Charas.

Ce sont des mascottes japonaises habituellement crées pour promouvoir une destination, une ville ou une région, un événement comme les JO, une organisation ou un produit. Dans la lignée de Tamagotchis, les responsables du marketing territorial japonais, animent la vie de ces avatars en les utilisant comme un élément de l’identité de leur territoire.

Au delà de la version graphique simplifiée (voir l’exemple  de Kunamon mascotte de la préfecture du même nom) se décline également sous forme plus élaborée de costumes comme vous le constaterez en visionnant la vidéo mais aussi de produits dérivés dont les droits de licence viennent abonder les budgets des offices de tourisme. Kunamon, dont la popularité est très grande au Japon générerait ainsi plus de 990 millions de dollars de CA.

Mais plus intéressant, pour moi c’est le rôle virtuel que ces mascottes jouent sur le marché japonais. Ces avatars sont devenus des outils de relations publiques. Ils ont leur propres compte twitter (525’000 followers le 17/9/16 pour Kunamon) personnalisant ainsi les  relations avec le public et relayant les information de la région. Indéniablement un courant affectif se créé entre la mascotte et les citoyens, clients et utilisateurs. Bref une nouvelle approche du marketing territorial.

 


Source image : http://akihabaranews.com/2014/05/26/article-en/kumamons-burden-going-international-and-we-know-secret-1195785850

 

Les moyens de paiement et la qualité des avis sont les premiers critères de choix pour les mobinautes

SamsungPay

SAmsung Pay (c) Samsung

02.06.2016 – Selon une étude* réalisée pour le compte d’Hotels.com publiée ce jour, les méthodes de paiement avantageuses et variées, et les avis authentiques sont plébiscités par les Français

Alors que l’on aurait pu s’attendre au contraire, les voyageurs interrogés par Hotels.com disent ne plus placer le prix comme argument n°1 pour réserver leur chambre d’hôtel via le mobile. En effet, selon le « Hotels.com Mobile Travel Tracker« , bénéficier de la meilleure méthode de paiement possible et accéder à des avis de clients authentiques sont des facteurs clés pour les voyageurs avisés lors de la réservation. Ainsi, en France, pour 52 % des personnes interrogées, se voir proposer un moyen de paiement adéquat est primordial pour se décider à réserver une chambre via le portable, et cet avis est d’ailleurs partagé tant par les hommes (56 %) que les femmes (48 %). Une forte attente de la part des usagers mobiles à laquelle Hotels.com répond en proposant 15 méthodes de paiement différentes (incluant la nouvelle offre Apple Pay, disponible pour le moment qu’aux États-Unis).

En seconde position, l’accès à des avis de clients authentiques fait pencher la balance pour 46 % des Français, qui apprécient lire les retours d’expérience des voyageurs précédents.

Enfin, 35 % des Français apprécient de voir les sites de réservations d’hôtel publier de nombreuses photos afin de les aider à faire leur choix.

Sur le mobile, seulement 31 % des Français privilégient avant tout un prix qui défie toute la concurrence. Comme quoi, pour le voyageur d’aujourd’hui, un prix d’appel alléchant n’est plus suffisant à lui seul pour enclencher la décision d’achat, et l’on raisonne désormais davantage de manière globale. Ainsi, à l’international, 14 % des voyageurs affirment qu’un programme de fidélité tel que Hotels.com™ Rewards, influence leurs décisions lors de la réservation d’hôtel sur mobile, et 17 % déclarent qu’un code promo pèse sur leur décision d’achat.

*9,200 adultes de 31 pays ont été interrogés dans le cadre d’un sondage One Poll, à la demande d’Hotels.com en mai 2016. © 2016 Hotels.com, LP. Hotels.com, le Hotels.com Mobile Travel Tracker et le logo d’Hotels.com sont des marques déposées ou des marques appartenant à Hotels.com, LP aux États-Unis et/ou pour d’autres pays. Toutes les autres marques déposées sont la propriété de leurs propriétaires respectifs.

Matinale CITIA « Image et tourisme : sans contenu on est nu »

 

CITIA UNI SMB Logos

Mes amis de CITIA, Savoie Mont-Blanc Tourisme et l’Université Savoie Mont-Blanc organisent aux Papeteries – Image Factory  une matinale intitulée « Image et tourisme : sans contenu on est nu« .

À l’heure du tourisme connecté et de la multiplication des supports de communication, l’impact du message est plus que jamais un enjeu crucial.

Le contenu est roi, il mènera le client jusqu’à vous. L’enjeu ? Penser les contenus, les produire, les connecter aux objectifs stratégiques, les aligner avec la communication et les rendre accessibles, au bon moment, au bon endroit, auprès du bon public.

Au programme :

8h30 : accueil café
9h-9h45 : flash et débats sur les résultats des enquêtes quantitatives et qualitatives sur l’utilisation des images par les offices de tourisme, par les professionnels, et par les multiples acteurs d’un territoire.
9h45-10h45 : la société Léon Travel interviendra sur le thème « Oubliez la forme. Cette fois, le contenu est roi. Le contenu mènera, ou pas, le client jusqu’à vous. »
10h45-11h15 : créativité et image dans le tourisme au travers de 3 pitchs de startups (en partenariat avec Annecy French Tech) :

Ce programme sera suivi d’un temps de réseautage.

Pour participer à cette Matinale CITIA le mardi 3 mai à 8h30 aux Papeteries – Image Factory*, inscrivez-vous !

Att  * CITIA/Les Papeteries – Image Factory
1 esplanade Augustin Aussedat
74960 Cran-Gevrier / Annecy

Stationnement possible sur les parkings à proximité (prévoir disque de stationnement Zone bleue)
Parking avenue de la République longeant le bâtiment
Parkings ancien et nouveau cimetières : chemin des Grèves
Parking des Forges : au bas de l’avenue de la République
Parking Chorus : sous-terrain place Chorus en centre-ville

Bus : lignes 1, 8 et 10, arrêt Papeteries (direct depuis la gare SNCF)

Présence au board de l’International Federation for IT and Travel & Tourism (IFITT)

IFITT LARGEST e-Tourisme communauté

ifitt logo.manual

Alors que 250 experts français se réunissaient aux Sommets du Digital (#SOMDIG16 ) dans ma station favorite de La Clusaz, la semaine dernière j’ai choisi de me rendre à #ENTER2016 à Bilbao pour participer aux travaux de l’International Fédération for IT and Travel & Tourism (#IFITT) car j’étais aussi candidat pour rejoindre le conseil d’administration de cette organisme international.

Ainsi, le 4 février dernier, j’ai twitté la citation suivante de Gandhi «Be the change you wish to see in the world ». Cela pour illustrer une action que je préparais dans le domaine du e-Tourisme. Pour qu’un changement intervienne, il faut que nous en soyons les acteurs, quel que soit notre niveau d’influence. J’ai donc choisi IFITT pour exercer cette influence. IFITT est une communauté de plus de 250 experts, issus de nombreuses universités de 36 pays des 5 continents. En 2015, la France n’arrive qu’en 21e position parmi ces membres. La mission de cette fédération est de développer les discussions, les échanges et le développement des connaissances à propos de l’usage et des impacts des nouvelles technologies au sein de l’industrie du voyage et du tourisme.

IFITT 2014 Répartition par pays

Figure 1  Répartition des membres par pays en 2014

 

J’ai eu l’honneur d’être élu au conseil d’administration de cette fédération et à ce titre je me suis fixé plusieurs objectifs :

  •  Contribuer à intégrer les pays francophones au sein de cette fédération. J’espère ainsi qu’au moins 2 doctorants préparant une thèse liée à une problématique du tourisme participeront au Ph.D workshop qui se tiendra à Rome à l’occasion de la conférence annuelle ENTER2017 entre le 24 et le 28 janvier 2017 et pourquoi à l’IFITT Doctoral summer school fin août 2016. Bien que d’autres conférences aient lieu à la même époque en France, il serait profitable pour le développement du #eTourisme que quelques francophones notamment des professeurs et des responsables des destinations (OT, CDT, CRT,…) soumettent des papiers de recherche et surtout participent à la prochaine conférence annuelle à Rome.
  • Promouvoir l’usage des standards internationaux existants afin d’améliorer la visibilité des offres en ligne et d’accélérer le développement des packages dynamiques.
  • Supporter l’organisation d’IFITTTALK et de « Hangouts on air » en français et/ou en anglais dans les pays francophones
  • Après la publication de Tourisme 2.0 en 2007, je n’exclus pas l’écriture de Tourisme 3.0 afin de vulgariser les travaux de recherche entrepris par les universitaires membres d’IFITT pour accélérer le transfert des connaissances aux profits des professionnels du tourisme et du voyage. Les thèmes suivants devraient être traités : #smarttourisme #virtualagents #ai #websemantic #opendata standards (schemas.org opentravel,…) #iot

 #smarttourisme #eTourisme #tourisme #opendata #sidevents #frenchtech #IFT_Officiel #atout_france

Oublions un peu les soucis professionnels !

Nous voilà entré dans une nouvelle année avec nos espoirs, nos rêves, nos fantasmes ! Gardons-les…mais n’oublions pas que le succès personnel dans presque tout les domaines dépend avant tout de notre santé et de notre condition physique qui nous permettent d’affronter les défis de la vie quotidienne ou tout simplement de pouvoir jouir des opportunités qui se présentent.

C’est donc en ce domaine que mes voeux vous sont adressés.

Jean-Claude MORAND

Voeux2016Cyberstrat

(C) Istockphotos