Pas de problème pour les radios avant 2010…le podcast a encore du chemin à faire.

En février 2005, nous évoquions déjà la possibilité d’utiliser les technologies du podcast que l’on voit apparaître de plus en plus souvent sur les blogs et les sites web. Bridgerating, un cabinet de mesure d’audience américain vient de publier (12/11/05) une étude prospective relative au podcast. A partir d’un échantillon de 4400 personnes contactées par téléphone, ils déduisent qu’il y aurait 5 millions d’utilisateurs de podcasts aux Etats-Unis qui téléchargeraient six fois en moyenne par mois. Un peu plus de 20 % d’entre eux écouteraient des fichiers MP3. Avec 1.6 % de la population, nous sommes encore loin de pouvoir considérer le podcast comme un média de masse. Mais il est intéressant de noter que cette même étude se lance dans une projection très détaillée de l’adoption de cette technologie en estimant que ce premier groupe d’innovateurs représente une audience très importante pour initier et communiquer les changements à nos sociétés.
62.8 millions d'américains utiliseront le podcast en 2010. Les radios ont encore un peu de temps avant d'affronter la concurrence

Ils considèrent que ce marché restera dans une phase d’innovation jusqu’à 2.3 % de taux d’adoption. Selon le même modèle, ils estiment que ce taux devrait atteindre la masse critique (86.5 %), pour être considéré comme un média de masse, en 2010 ce qui représenterait 62.8 millions d’utilisateurs soit une augmentation de 1156 % en cinq ans… de quoi à attiser l’appétit des émetteurs comme celui des équipementiers capables de développer des systèmes de réception. Pour ma part, je reste convaincu que la voiture reste un environnement ou le podcast peut encore considérablement se développer. De nombreuses applications « business » restent aussi à inventer y compris des systèmes d’alertes vocaux initiés par des logiciels métier. Les radios US ont donc encore cinq bonnes années devant elles avant de devoir sérieusement remettrent en question leur mode de fonctionnement. D’ici là, elles peuvent comme leurs homologues francophones tester la technologie en ciblant sur les innovateurs et les leaders d’opinion plus enclins à tester les nouveaux models.
(C) Jean-Claude MORAND
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.