Articles

Une mascotte pour promouvoir une destination. Pourquoi pas ?

Cet après-midi, je l’ai consacré à la découverte de nouveaux concepts du marketing touristique et j’ai ainsi fait connaissance des Yuru-Charas.

Ce sont des mascottes japonaises habituellement crées pour promouvoir une destination, une ville ou une région, un événement comme les JO, une organisation ou un produit. Dans la lignée de Tamagotchis, les responsables du marketing territorial japonais, animent la vie de ces avatars en les utilisant comme un élément de l’identité de leur territoire.

Au delà de la version graphique simplifiée (voir l’exemple  de Kunamon mascotte de la préfecture du même nom) se décline également sous forme plus élaborée de costumes comme vous le constaterez en visionnant la vidéo mais aussi de produits dérivés dont les droits de licence viennent abonder les budgets des offices de tourisme. Kunamon, dont la popularité est très grande au Japon générerait ainsi plus de 990 millions de dollars de CA.

Mais plus intéressant, pour moi c’est le rôle virtuel que ces mascottes jouent sur le marché japonais. Ces avatars sont devenus des outils de relations publiques. Ils ont leur propres compte twitter (525’000 followers le 17/9/16 pour Kunamon) personnalisant ainsi les  relations avec le public et relayant les information de la région. Indéniablement un courant affectif se créé entre la mascotte et les citoyens, clients et utilisateurs. Bref une nouvelle approche du marketing territorial.

 


Source image : http://akihabaranews.com/2014/05/26/article-en/kumamons-burden-going-international-and-we-know-secret-1195785850

 

CONFERENCE E-Sens HEC Genève : risques et opportunités des réseaux sociaux pour les entreprises

Club des mentors e-Sens - HEC Genève

 

 

J’ai le plaisir de vous inviter à notre prochaine rencontre du DAS « Stratégie marketing, Communication & e-business » d’HEC Genève.

 

Risques et opportunités des réseaux sociaux pour les entreprises

le jeudi 13 mars 2014 de 18h30 à 20h30
Unimail – Auditorium R070
40 Pont d’Arve – 1211 Genève

Tout ou presque est dit sur la magie des réseaux sociaux pour les entreprises : solidarité et réactivité accrue des personnels, augmentation des connaissances et performances collectives, allègement des organisations… Après les années « d’euphorie » et de « conquête », l’heure est venue à une gestion plus structurée, des messages ciblés, une relation client personnalisée sur les réseaux sociaux.

La conférence répondra à des questions telles que : Comment les réseaux sociaux ont changé la relation client   Quelles opportunités pour développer votre public cible ? Quelles sont les attentes des « followers » auprès des entreprises ? Quels sont les menaces et dangers liés aux médias sociaux pour l’entreprise ? Comment appréhender la multiplication des plateformes, qui nécessitent une communication sur-mesure et plus rigoureuse ? Comment une entreprise peut-elle s’organiser pour faire face aux défis à venir ? Quels sont les principes de base de la législation relative à la protection des données ?

Avec comme intervenants trois spécialistes aux profils complémentaires :

  • Jacques de Werra , professeur ordinaire de la Faculté de droit à l’Université de Genève et Faculty Fellow au Berkman Center for Internet & Society à l’Université de Harvard.
  • Alexandre Wehrlin , e-business Manager Piaget, Branch of Richemont International SA
  • Nathanaël  Zutter , spécialiste en publicité et digital à la BCGE et correspondant « réseaux Sociaux » du DAS « Stratégie Marketing, Communication & e-business »

La participation à cette conférence est au prix de CHF 50.-, avec délivrance d’une attestation, CHF 20.- pour les anciens étudiants du DAS.

Le prix inclut la verrée de partage d’expérience avec plusieurs experts de différents domaines et la remise de notre livre «Les savoirs du Web»

Inscription auprès de Jean Gafan (email : Gawonou.Gafan@etu.unige.ch)

14 tendances pour le marketing hôtelier pour les mois à venir

NetAffinity (une agence marketing irlandaise) vient de publier 14 tendances pour le marketing hôtelier illustrées dans l’infographie ci-dessous.

  1. Croissance continue de l’utilisation des mobiles par les voyageurs et touristes
  2. Engagement des prospects grâce à la vidéo
  3. Google va cacher encore plus les mots clefs qui génèrent du trafic sur nos sites (« Not provided »)
  4. Augmentation des techniques de remarketing
  5. Réservations directes ou via les OTA ?
  6. Meta search : une opportunité pour mieux équilibrer les canaux de réservation
  7. Plus de résultats de recherches fournis grâce à des algorithmes sémantiques
  8. Google va introduire son carousel pour les hôtels en Europe
  9. Le recours à une multitude d’écrans
  10. Marketing avec les réseaux sociaux
  11. Influence plus importante de Google +
  12. Recours plus important à Google Analytics
  13. Importance accrue de la vitesse d’accès aux sites
  14. Géolocalisation des offres

Pour chacune de ces tendances, les hôteliers et les OT, devraient imaginer des actions soit pour en saisir les opportunités, soit à titre préventif pour rester présent sur le Net malgré la compétition avant des géants de la réservation en ligne. Quels sont vos avis et vos craintes pour 2014 ? Partagez-vous l’avis de Netaffinity ? 

Les commentaires sont à votre disposition ! Nous aussi pour vous aider à relever ces défis.

netaffinity-infographic-14-hotel-marketing-trends-for-2014

Les réseaux sociaux : fondement de l’intelligence collective

Depuis un peu plus de deux ans, de nombreux réseaux sociaux ont vu le jour autant aux Etats-Unis qu’en France. Le nombre de cadres américains ayant rejoint Linkedin entre octobre 2006 et 2007 a augmenté de 189%, de 157% pour le Club Penguin, un réseau dédié aux enfants. Facebook, initialement conçu pour maintenir le contact entre les étudiants d’une université est maintenant la coqueluche de tous les médias en cette fin d’année 2007. Cela dit, selon Nielsen Netrating ce réseau n’arrive qu’en 3ème position du classement des principaux réseaux aux Etats-Unis avec « que » 125% de croissance pendant la même période. Au-delà des fonctionnalités propres à chaque réseau, ces chiffres, annonces et points de vue exprimés par tous ceux qui s’intéressent à la vie du Net, posent de réelles questions quant à nos comportements sociaux sur le Net. Tiraillés entre les attitudes extraverties de fans de Twitter et la pudeur des conservateurs, les internautes ou tout au moins les premiers utilisateurs de ces réseaux cherchent à la fois une justification sociale et un modèle économique qui puisse respecter l’éthique du moment.

1.1 Les réseaux sociaux sur le Net ne sont pas si différents de nos comportements sociaux dans le monde réel.

En dehors des mes expériences, lorsque je teste un nouveau réseau, mon comportement sur le Net me semble être calqué sur celui de ma vie « physique ». Je n’ai pas un réseau, mais un conglomérat de réseaux. Ma famille, les copains du club de ski, les relations que j’ai pu nouer en fréquentant des associations professionnelles, mes anciens collègues de bureau,… autant de lieux que de réseaux et à l’intérieur de ceux-ci je distingue différents niveaux d’intimité.

La transposition de notre modèle comportemental sur le Net me semble être une approche identique. Je retrouve la même complexité dans mes relations avec autrui ceci sur 3 axes :

* La fréquence des contacts

* Le degré d’intimité

* La proximité avec le groupe c’est-à-dire la nature ou qualité de la relation qui se matérialise par le degré d’appartenance à un groupe

La multiplicité des réseaux sociaux répond à la conjonction de ces trois besoins. J’utilise ma base de contacts Outlook comme un attribut de ma mémoire où je stocke plus de 3000 noms, adresses, numéros de téléphones utilisant les notes pour me souvenir des interactions importantes que j’ai pu avoir avec une personne. Je synchronise le tout avec Plaxo. Je réserve Linkedin à mes contacts professionnels (370 membres), uniquement ceux avec qui j’ai eu une vraie relation de travail à un moment ou un autre, ceux que je peux contacter pour leur demander de me mettre en relation avec l’une de leur connaissance à défaut de pouvoir emprunter leur voiture. Je teste Facebook depuis peu en acceptant d’ouvrir mon espace relationnel aux étudiants qui suivent mes cours, à des personnes rencontrées occasionnellement, bref à des personnes dont le degré de proximité est un peu plus éloigné, sans ignorer d’autres qui me sont plus proche. Je n’ai pas encore adopté une stratégie définitive pour ce réseau, car je crois que sa valeur réside bien plus dans sa capacité à fédérer des applications que les hommes, j’y reviendrai. Je n’oublie pas non plus deux autres catégories :

1) Ceux qui me sont vraiment proches, ceux pour qui il n’est pas utile d’avoir recours à la technologie pour garder le contact. Les vrais copains, la famille et mes collègues de travail actuel entrent dans cette catégorie.

2) La horde des paralysés de la souris et les introvertis du Net. Ces deux sous catégories étant fortement corrélées. Le désir de vivre caché étant souvent une forme d’aveu d’ignorance en ce qui concerne la maîtrise des applications en ligne ou encore plus simplement l’utilisation d’un PC car n’oublions pas que les cols blancs sont plus enclins à poser leurs doigts sur un clavier que d’autres catégories professionnelles et que le taux de pénétration de la technologie dans les foyers français n’est que légèrement supérieure à 50%.

Pour ces deux catégories de population, le téléphone et la rencontre physique restent les principales opportunités de contacts.

1.2 Atteindre sa cible de prospects sur le Net est un vrai défi !

L’un des défis des responsables du marketing en 2007 est de pouvoir atteindre le maximum d’utilisateurs en un seul lieu sur le Net et de pouvoir segmenter au mieux la cible afin d’optimiser les budgets de promotion. Toutefois, Business week souligne qu’il existe un peu plus de 135 millions de sites web et que ce nombre augmente de 5% chaque mois, autant dire que la tâche devient de plus en plus complexe. La cible des prospects de n’importe quel annonceur se trouve donc atomisée en 135 millions de pièces ingérables. D’où l’idée de trouver un point de convergence un peu comme Mandelbrot l’avance dans sa théorie du chaos.

Les réseaux sociaux sur le Net peuvent être une solution à ce besoin d’agrégation des prospects des sponsors de ces systèmes : les annonceurs. Cela suppose une bonne dose d’extraversion pour que chaque individu accepte d’être « profilé », qu’il dise qui il est, quels sont ses caractéristiques psychosociales où que le système puisse les définir en observant ses habitudes de consommation sur le Net que cela soit au niveau des produits et services utilisés – Amazon a été un pionner dans ce domaine – que de ses relations. Cette aversion à l’extraversion n’est elle pas la même dans notre vie sociale « physique » ? Notre comportement d’être virtuel me semble suivre la même tendance. Tout au plus, nous pourrions être tentés d’être plus ouvert sur le Net car beaucoup d’entre nous apprécient la relative intimité que leur procure le paravent de l’écran et du clavier.

1.3 La performance de notre cerveau est beaucoup plus liée aux interactions entre les neurones qu’au nombre de celles-ci !

Certaines critiques à l’égard des réseaux sociaux ne tiennent au fait que nous recevons de nombreuses invitations que certains acceptent alors même qu’ils ne connaissent pas ce contact. Sur ce point, je n’ai pas encore rencontré de réseau où il n’était pas possible de dire « Non ». Certains systèmes peuvent commettre l’erreur temporaire d’être plus incisifs. Mais l’erreur, pour autant qu’il s’agisse d’une erreur, provient à la fois de ceux qui cherchent à maximiser le nombre de contacts autant que de ceux qui acceptent sans distinction toutes les invitations. Ceci dit, si nous faisons une analogie avec le fonctionnement de notre cerveau, le développement du nombre de contacts et du nombre d’interaction doit être un facteur d’évolution de notre intelligence collective. Le cerveau stocke des informations dans les neurones que j’assimile ici aux individus que nous connaissons plus ou moins. Certains plus que d’autres, tout comme nous utilisons des zones de notre cerveau plus que d’autres. Il est admis que la performance de notre cerveau est beaucoup plus liée au nombre d’interactions ainsi qu’à la qualité de celles-ci. Les axones étant les vecteurs qui mettent en relation les neurones. Ici encore, je fais un parallèle avec les réseaux sociaux, ils jouent le rôle des axones transmettant en permanence des informations entre les neurones du méga système d’intelligence collective que nous sommes en train de créer. Certes la qualité des informations est un peu perturbée car nous ne maîtrisons par encore l’outil. Tout comme un enfant adopte dans ses premières années un langage pas toujours contrôlé, nous apprenons et nous lasserons bien vite de recevoir et d’émettre des signaux inappropriés.

Alors si les flux reçus en permanence sur Facebook gênent, je ne doute pas un seul instant que des filtres seront posés dans les mois à venir. Le premier de ces filtres sera vraisemblablement une segmentation des contacts par degré d’affinité. Cela permettrait de répondre au besoin de privilégier, disons 20% des personnes que nous connaissons et de recevoir des informations en priorité de ce groupe. Sur le technologique cela suppose une adaptation du standard FOAF par l’ajout d’un attribut décrivant le degré d’intimité. Nul doute qu’il serait aisé de créer un namespace ce standard utilisant RDF mais la difficulté réside dans le fait que la valeur de cet attribut varie en fonction de chaque destinataire de l’information et non de la source. Par exemple, je peux considérer Pierre comme un ami très proche alors que vous le considéreriez comme un simple contact rencontré dans une soirée lointaine. En d’autres termes, l’URI devrait se situer dans l’environnement créé par l’utilisateur (récepteur) du réseau social. Un peu complexe !… Mais pourquoi pas ? C’est un défi passionnant qui nous fait entrer dans la nouvelle ère du web sémantique, à nous de trouver les solutions et de faire évoluer les premiers systèmes qui s’aventurent sur ce terrain, Facebook, Linkedin et les autres n’étant que des prototypes de ces applications avancées de notre future intelligence collective.

1.4 Les plateformes de réseaux sociaux comme une réponse au défi des applications à la demande

Voilà enfin un vieux rêve qui prend forme pour de nombreux éditeurs de logiciel. En 1987, ce sujet était déjà sur ma table de travail, car nous étions quelques-uns à croire chez Digital Equipment que les capacités de traitement de l’information allaient évoluer vers un modèle que l’on nomme aujourd’hui Software as a Service (SaaS). Nous y sommes aujourd’hui avec des applications comme celles proposées par Salesforce.com et bien d’autres proposées de Google docs à Microsoft live. Le défi de ces éditeurs étant de pouvoir trouver un moyen d’accès intuitif pour les utilisateurs de cette nouvelle forme d’énergie que sont les capacités de traitement et de stockage. Pour l’instant nous avons pu observé des initiatives individuelles des éditeurs qui ne prenaient pas en compte le besoin des utilisateurs d’avoir recours à une seule source pour satisfaire leurs besoins extrêmement variés que cela soit la gestion des contacts clients, le traitement de texte, l’accès au bulletins météo ou d’applications encore plus ciblées. La conception des techniques de programmation AJAX et l’émergence des widgets sont des réponses partielles à ce besoin. J’ai déjà affirmé dans le passé que je ne croyais pas au modèle du site web « fournisseur d’information » tel que nous le connaissons. Cela équivaut à multiplier les systèmes solaires autour des quels des millions d’utilisateurs tourneraient. Le modèle émergeant est inverse à ce concept, le centre de gravité est le consommateur des ressources en ligne. Les widgets qu’il choisit viennent s’insérer dans son écosystème. La première réalisation qui commence à atteindre un taux de pénétration significatif étant les flux RSS. Je ne vais plus visiter les sites web, je laisse mon agrégateur le faire à ma place sur la base de filtres que j’ai paramétrés. Les réseaux sociaux cherchent donc a aller plus loin en proposant un système de gestion des ressources digitales, terme que je préfère à celui de « système d’exploitation » parfois utilisé. On peut effectivement regretter que certains comme Facebook tentent d’imposer au marché un standard qui leur est propre (FBML pour Facebook markup language) mais n’est-ce pas le rêve de tout leader du marché et surtout de toute organisation qui arrive la première sur un terrain vierge ? Il s’agit là d’une technique de marketing usuelle consistant à utiliser son avance pour créer des barrières d’entrées. Barrières qui ne semblent pas si infranchissables que cela au vue du nombre d’applications hébergées par FACEBOOK (7000 annoncées). L’arrivée de géants tel que Microsoft chez FACEBOOK et Google chez Myspace ne sont que des bruits de bottes préparant la grande bataille qui s’annonce pour capter l’attention du milliard d’internautes qui ne demande qu’à pouvoir accéder à des applications de plus en plus sophistiquées en ligne sans avoir à installer un logiciel sur leur machine.

1.5 L’usabilité des réseaux sociaux est-elle optimisée ?

Non, and so what ! En premier lieu, nous devons admettre que les majors ont toujours une interface en anglais nous sommes donc loin d’avoir en main un produit fini. Comme pour toutes les innovations nous devons apprendre à nous servir de l’outil. Avons-nous oublié les 20 heures de leçons de conduite nécessaires pour apprendre à freiner, accélérer, démarrer en côte ? Alors quand on parle d’intelligence collective, je suis prêt à m’astreindre à quelques heures d’apprentissage pour mieux maîtriser les interactions que je peux avoir avec mes contacts et les applications disponibles sur ces nouvelles interfaces. Et puis, comme pour Renault ou Citroën j’attends que les ingénieurs de FaceBook, Viadeo, LinkedIn améliorent en permanence leurs interfaces avec les utilisateurs ne serais-ce que pour augmenter leurs parts de marché. Je me refuse à ce stade de considérer ces outils comme des produits finis. Moins de 1% de la population française serait sur FaceBook, nous sommes très loin d’avoir atteint la masse critique. Est-ce une raison pour rejeter l’utilisation de ces outils certainement moins risqués que de conduire une voiture turbo compressée après 20 heures de cours ?

1.6 Le problème de l’utilisation des données personnelles

En Europe, nous sommes beaucoup plus sensibles à l’utilisation de nos données personnelles que peuvent l’être les américains. Ainsi, Cécile Ducourtieux et Laurence Girard mentionnaient dans un article du Monde publié le 11 novembre 2007 quelques heures à peine après l’annonce de Facebook de lancer un programme publicitaire utilisant les profiles des membres pour mieux cibler les annonces que « La Commission informatique et libertés demande que les usagers soient mieux informés. La publicité en ligne est en train de franchir un nouveau palier dans l’exploitation de l’intimité des individus. Grâce à l’efficacité des outils de collecte et de mise en relations du Web, des formats émergents qui sont capables d’exploiter l’énorme quantité de données que les internautes livrent sur leurs blogs, leurs pages personnelles…, souvent sans précautions. Ces formats entendent aussi infiltrer les liens toujours plus nombreux que les internautes tissent avec leurs « cyber-amis ». En fait, le programme Google Adsense associé à Adwords n’est pas si éloigné que la solution proposée sous le nom de Beacon par FaceBook. En tout état de cause, les réseaux sociaux doivent adopter une charte déontologique sous peine de voir leur progression se limiter aux seuls innovateurs. La grande masse des internautes se sentira rassurée si des règles comportementales à l’image de celles proposées par l’Open Social Web traduites et reproduites sur le blog de Luc LEGAY

Les utilisateurs des réseaux sociaux doivent bénéficier des droits fondamentaux suivants :

1. Conserver la propriété de leurs informations personnelles : profil personnel, liste des contacts, contenus produits (ou liens vers ses contenus)

2. Le contrôle du partage de ces informations personnelles

3. La liberté d’autoriser un site, tiers de confiance, d’accéder durablement à ces informations personnelles.

Les sites qui adhèrent à ces droits fondamentaux doivent permettre à leurs utilisateurs :

1. De syndiquer leurs informations personnelles en utilisant une URL permanente ou une API utilisant un format de données ouvert;

2. De syndiquer leurs contenus à l’extérieur du site;

3. De relier leurs pages d’informations personnelles à des identifiants externes et publics

4. De découvrir qui utilise le site parmi leurs contacts, à l’aide d’identifiants identiques à l’intérieur du site et en dehors du site.

Jean-Claude MORAND – 16.11.07

Mots clés Technorati : réseaux sociaux, google, facebook, intelligence collective, open social web, advertising, marketing collaboratif, promotion, publicité
(C) Jean-Claude MORAND

Forte augmentation du nombres d’utilisateurs des réseaux sociaux aux USA

image 14 novembre 2007 – Nielsen vient de publier les statistiques d’évolution du nombre des utilisateurs des 10 premiers réseaux sociaux aux USA. Myspace caracole toujours en tête avec presque 59 millions d’utilisateurs américains… presque la totalité de la population française y compris les nouveaux nés. Sans surprise la progression de Facebook (+125 % en un an) capitalise un peu plus de 19 millions d’utilisateurs en fait maintenant un peu plus de 52 millions à l’échelle mondiale. La surprise vient sans doute de la forte progression de LinkedIn (+ 189%) avec 4.9 millions d’utilisateurs. Considérant la qualité des contacts sur ce réseau et l’approche plutôt restrictive de ce réseau la progression est remarquable. Je suis curieux de voir quelle seront les chiffres français lorsque les interfaces de ces réseaux seront traduites. Les gaulois seront-ils aussi enthousiastes ? Je pari que oui en observant le compteur de Skyblog qui affiche ce soir 1.995 millions de blogs créés. Lorsque ces pré-ados seront dans une phase d’adoption des réseaux sociaux je pense qu’ils migreront massivement sur les plateformes qui seront en vogue dans quelques mois. Lesquelles me direz-vous ? Tout dépendra des grandes manœuvres capitalistiques. Après Myspace et Facebook, je verrai bien LinkedIn et Plaxo rejoindre un major du logiciel non sans avoir fusionnés ensemble dans un premier temps… pourquoi pas Salesforce.com, SAP ou encore Oracle.

Jean-Claude MORAND

Mots clés Technorati : Facebook, LinkedIn, réseaux sociaux, Plaxo, Myspace
(C) Jean-Claude MORAND