Une perte de 10 milliards en 5 ans pour le tourisme

Millenials pouvaient sauver tourisme - Les Echos 7/06/17

Et si les Millenials pouvaient sauver tourisme – Les Echos 7/06/17

7/06/17 – Cet article des Echos de ce jour m’a dans un premier temps, interpellé, car son auteur argumente sur le fait que l’offre touristique française serait « insuffisamment adaptée à la jeune génération » : les millennials. En fait, Benjamin GRANGE reprend des éléments d’une étude publiée en mars dernier par l’Institut Montaigne « Le tourisme français en perte de vitesse ». En effet, derrière le nombre de touristes arrivant sur notre territoire (84.5 millions en 2015) positionnant la France en tête des destinations touristiques, d’autres données statistiques sont moins réjouissantes. En termes de parts de marché, nous avons perdu 1 point entre 2010 ET 2015 sur un marché en progression de 49%. Notre pays est maintenant derrière les Etats-Unis, la Chine et l’Espagne avec seulement 4% de part de marché pas très loin de la Thaïlande.

Part recettes mondiales tourisme pays récepteur

~10 milliards de recettes non réalisées

L’auteur de l’article des Echos conclu donc qu’un point de part de marché perdu pour un marché estimé à 1110 milliards d’euros correspondent à ~10 milliards de recettes non réalisées sur notre territoire.

Bien que l’auteur de cet article, prenne la précaution de mentionner de nombreuses raisons de cette panne relative de croissance, il concentre ses propositions sur l’attractivité des expériences touristiques françaises peuvent avoir sur les millennials. Ce n’est pas faux, mais pour le moins incomplet.

Pour le développement du tourisme expérientiel

Je commencerai par la notion d’« expérience touristique » qui reste un concept qui n’est pas pris en compte par les statisticiens. Seules, ou presque, les nuitées sont recensées et comptabilisées, car c’est l’unité de compte principale pour la mise en marché des « produits » touristiques. La mise en œuvre de nouveaux outils statistiques (une recommandation aussi proposée par les rédacteurs du rapport de l’Institut Montaigne) et surtout la conception et la mise en marché de packages dynamiques devraient contribuer marginalement à augmenter le CA moyen par touriste. Ainsi une étude récente des CCI pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes démontre qu’un tourisme itinérant dépense 15 à 20% de plus par jour qu’un client en séjour et qu’en plus il séjourne aussi durant les intersaisons.

Les autres propositions de l’Institut Montaigne

Le rapport de l’Institut Montaigne présente aussi 10 propositions, articulées autour de 4 axes, toutes aussi intéressantes les unes que les autres :

Axe 1 : refondre notre système statistique de mesure du tourisme pour le mettre en conformité avec les nouveaux usages numériques et le rendre disponible et lisible pour l’ensemble des acteurs

Axe 2 : restaurer la compétitivité internationale des acteurs du tourisme en France en veillant à la simplicité et à l’utilité de toute réglementation future et en l’évaluant à l’aune de la valeur ajoutée touristique.

Axe 3 : Aligner les stratégies marketing des entreprises du tourisme avec la stratégie de promotion nationale définie par Atout France.

Axe 4 : Créer des synergies fortes entre le secteur du tourisme et le dynamisme du secteur numérique en France.

Je vous renvoie aux textes disponibles en ligne pour découvrir le détail de ces propositions.

 

http://www.institutmontaigne.org/res/files/publications/tourisme-en-france-cliquez-ici-pour-rafraichir-resume.pdf

http://www.institutmontaigne.org/res/files/publications/tourisme-en-france-cliquez-ici-pour-rafraichir-rapport.pdf

http://www.haute-savoie.cci.fr/votre-cci/actualites-cci/927-tourisme-quel-positionnement-gagnant?debut=0

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *