LES CLES DE L’INTERNET

L’exercice d’écrire et de publier un ouvrage de vulgarisation de l’Internet, 50 ans après la création des premiers réseaux d’ordinateurs par la DARPA est osé et pas facile. C’est pourtant le défi que s’est donné David FAYON, Responsable Système d’information et de gestion de la Poste, en publiant « Clés pour Internet ».
Malgré le grand nombre d’ouvrages spécialisés, celui-ci se distingue par la couverture presque exhaustive de tous les aspects de l’Internet en 11 chapitres qui se positionnent comme des approches de vulgarisation. David FAYON à dû sélectionner les informations pour que le contenu n’apparaisse pas trop indigeste à un béotien. Les lecteurs avertis resteront donc sur leur faim à de nombreuses occasions, mais c’est le lot de tout exercice de vulgarisation. Dans sa structure l’ouvrage me rappelle « CYBERSTRAT », le premier livre que j’ai publié en 1997. J’aurai aimé trouver des exemples concrets d’applications de chacun des concepts présentés, mais il est vrai que cela alourdirait considérablement le contenu et rendrait la lecture difficile. C’est l’un des rares ouvrages avec « Blog Story » de Cyril Fievet, « Foules Intelligentes » de Howard Rheingold ou encore « La révolte du pronetariat » de Joël De Rosnay, où l’on trouve un chapitre consacré aux aspects sociaux d’Internet. Par exemple, pour avoir partiellement suivi les travaux d’ISOC ce thème, David Fayon dédie un paragraphe à la gouvernance d’Internet et du rôle que les Etats-Unis exercent dans la gestion des DNS (annuaires des noms de domaine). Il évoque également le rôle que les collectivités locales peuvent avoir. Sujet qui revient sur les bureaux des maires avec la gestion de l’Internet à très haut débit que l’ARCEP[1] essaye de normaliser.

Il aborde aussi les changements comportementaux induits par la généralisation de l’accès à l’information. Pour ne prendre qu’un exemple, il écrit que « le temps de travail hebdomadaire des salariés des startups dépasse souvent les 60 heures. ». En fait, de nombreux cadres deviennent prisonniers de leur PDA ou de leur PC portable qui se retrouve de plus en plus souvent dans la check-list des affaires à emporter en vacances faute de ne pouvoir se connecter à la messagerie d’entreprise. Je suis l’un de ces accros, qui cherche désespérément un cybercafé dans le moindre village du Tigré ou du Rajasthan… et il y en a !

Ce ne sont certes que des clefs, faut-il encore ouvrir les portes de la connaissance pour approfondir chaque sujet en puissant dans d’autres ouvrages ou pourquoi pas simplement sur le Net. Préfacé par André Santini, un ancien ministre, quelque chose me dit que cet ouvrage doit trouver son audience au sein de la classe politique où il existe encore de trop nombreux cadres qui n’ont pas encore franchi le pas de la société de l’information. Alors si c’est votre cas, et que vous avez peu de temps, en 176 pages vous pourrez découvrir 11 trousseaux de clés pour mieux apprécier le potentiel de ce phénomène qui influence nos modes de communication de manière active depuis plus de 10 ans.

Le livre a été publié aux Editions ECONOMICA (ISBN 2-7178-5247-6), un site web lui est dédié ici

Jean-Claude MORAND – http://www.cyberstrat.net/

(C) Jean-Claude MORAND
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.