Enquête sur les pratiques et choix de consultation des blogs

Aref JDEY, coauteur de la version 2.0 de RSS, Blogs : Un nouvel outil pour le management vient de publier une étude rapportant les résultats de l’utilisation des blogs en entreprise. Alors que CISCO et l’organisation « Best practices in Corporate communications » tiennent aujourd’hui (5/06/07) le 1er sommet annuel « 2007 new Media Summit » au cours duquel la problématique de la mesure du ROI pour les médias sociaux sera traitée, les résultats m’incitent à avancer quelques idées que je vous invite à commenter.
Vous pouvez télécharger les résultats depuis ce lien (PDF) ou les visualiser sur slideshare.40% des lecteurs de blogs sélectionnent leurs blogs au moyen des blogrolls et 20% sous l’effet du bouche à oreille. Pour moi, cela veut aussi dire que les responsables du marketing chargés de générer du trafic doivent aussi s’intéresser en amont à la présence du blog sur les blogrolls. En d’autres termes, je n’exclus pas des campagnes de promotion destinées à convaincre d’autres bloggers à inclure le blog de l’entreprise (à prendre au sens large) dans leur liste. Je reviens ici sur une notion que j’ai développée par ailleurs d’online merchandising. Tout comme un produit de grande distribution, le produit « blog » doit pouvoir être mis en évidence dans les rayons d’un distributeur. Alors, pourquoi ne pas appliquer les méthodes de la grande distribution qui vend le mètre linéaire, la tête de gondole à leurs partenaires, car ils savent que ces emplacements génèrent de la demande. Et puis, pourquoi ne pas aller encore plus loin en proposant une animation à certains moments sous une forme ou une autre. En fait, ces méthodes sont déjà pratiquées par la régie publicitaire, Google Adwords en premier, pour promouvoir sous forme de bandeaux ou Adsense des sites. Ici, il s’agirait de monnayer la présence d’un blog dans la liste des blogrolls. Cela peut également se faire sous forme d’échanges, ou d’incitations plus subtiles prenant en considération le fort besoin de reconnaissance et de prestige d’une grande majorité des bloggeurs.

La deuxième idée tient au fait que selon les résultats de l’étude d’Aref JDEY, 50% des lecteurs de blogs ne lisent en fait pas le blog en question, mais utilisent leur agrégateur de flux RSS pour lire les billets concernés. Je fais parti de ceux-là ! J’ai quelques dizaines de blogs que je suis plus ou moins régulièrement avec 3 agrégateurs (IE7, Opera et Outlook 2007). Je « scan », c’est-à-dire que je découvre très rapidement les titres des billets dans les agrégateurs et je ne clique que sur moins de 10% des billets dont le titre et les quelques mots visibles dans l’accroche retiennent mon attention en fonction des mes intérêts du moment. Autant dire que dans ~90% des cas, je n’ouvre pas le blog et je ne vais donc pas surfer sur le blog de l’auteur. En admettant que mon comportement de consommateur soit proche du standard de ces 50% de lecteurs qui utilisent majoritairement la syndication des flux RSS qu’est-ce que cela implique pour les responsables de la communication ?

En premier lieu, la rédaction du titre et de la première phrase doivent être conçue comme une réelle accroche en fonction des attentes de la cible. Ensuite, l’importance du design du blog (élément confirmé par ailleurs dans l’enquête) n’est pas primordiale. La présence des photos, pas toujours bien acceptée par les systèmes antispam et les systèmes de messagerie qui la filtre pour alléger le volume de téléchargement des emails n’est pas nécessaire. Et, comme pour le point précédent, je pense que des possibilités de préconfiguration des agrégateurs restent possibles. Ainsi, au niveau de l’entreprise certains flux, en commençant par ceux créés en interne, pourraient être inclus d’office dans IE7, Firefox, Outlook… ou tout agrégateur. En fonction de l’évolution du taux d’adoption des webdesktops (live.com, Netvibes, Google desktop,…) l’intégration de widgets préconfigurées pour lire un flux ou un autre sera d’autant plus importante. Les mêmes techniques de merchandising pourraient voir le jour avec la possibilité de créer des programmes marketing incitatifs à l’installation d’une widget ou d’une autre. Je n’exclus pas un jour d’être rémunéré, directement ou indirectement, pour maintenir sur mon webdesktop un widget ou un autre. Je pourrais ainsi imaginer avoir le droit d’utiliser un programme particulier à forte valeur ajoutée que si une autre widget reste installée sur mon système.

Jean-Claude MORAND
(C) Jean-Claude MORAND
1 réponse
  1. JDEY Aref
    JDEY Aref dit :

    Merci Jean Claude pour cette intéressante approche et interprétation des résultats. On a ici un contenu orienté vers les professionnels, ce qui n’a pas été le cas dans mes commentaires.
    Bien à toi

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.