Une mascotte pour promouvoir une destination. Pourquoi pas ?

Cet après-midi, je l’ai consacré à la découverte de nouveaux concepts du marketing touristique et j’ai ainsi fait connaissance des Yuru-Charas.

Ce sont des mascottes japonaises habituellement crées pour promouvoir une destination, une ville ou une région, un événement comme les JO, une organisation ou un produit. Dans la lignée de Tamagotchis, les responsables du marketing territorial japonais, animent la vie de ces avatars en les utilisant comme un élément de l’identité de leur territoire.


Au delà de la version graphique simplifiée (voir l’exemple ci-contre, de Kunamon mascotte de la préfecture du même nom) se décline également sous forme plus élaborée de costumes comme vous le constaterez en visionnant la vidéo mais aussi de produits dérivés dont les droits de licence viennent abonder les budgets des offices de tourisme. Kunamon, dont la popularité est très grande au Japon générerait ainsi plus de 990 millions de dollars de CA.

Mais plus intéressant, pour moi c’est le rôle virtuel que ces mascottes jouent sur le marché japonais. Ces avatars sont devenus des outils de relations publiques. Ils ont leur propres compte twitter (525’000 followers le 17/9/16 pour Kunamon) personnalisant ainsi les  relations avec le public et relayant les information de la région. Indéniablement un courant affectif se créé entre la mascotte et les citoyens, clients et utilisateurs. Bref une nouvelle approche du marketing territorial.

 


Source image : http://akihabaranews.com/2014/05/26/article-en/kumamons-burden-going-international-and-we-know-secret-1195785850

 

60 % des organisateurs de congrès pensent recourir aux nouvelles technologies.

Palais_congrès_Montréal_Franck_mICHEL-Flickr

(C) Palais des congrès Montréal – Franck MICHEL – Flickr

La 24e édition de l’étude Coach Omnium souligne qu’en 2015 il a été observé une « faible, mais visible » reprise de l’activité MICE. Les auteurs soulignent aussi une forte irrégularité de l’activité. De son côté, Mylodgevent.com[1] estime que la tendance est une forte réduction de la durée des séjours :

2015 2016 Variation attendue
Réunions internes et du top management 3 jours 1.3 jours

-57 %

Evénements commerciaux et marketing 2,7 jours 1.5 jours -44 %
Formations 2.9 jours 1.6 jours

-45 %

 

Le chiffre d’affaires des centres de congrès ne pourra donc se maintenir qu’au prix d’une augmentation sensible des prix des pax. En revanche, les hôteliers ont peu de chance de pouvoir compenser la diminution du nombre de nuitées par une augmentation des prix même si Mylodgevent.com estime que cette augmentation devrait atteindre 1.4% en 2016.

Alors qu’en 2015, les nouvelles technologies étaient utilisées que par 25 % du panel de Mylodgevent.com, il apparaît que beaucoup plus d’entreprises (60 %) pensent y avoir recours dans un proche avenir, car 30 % d’entre-elles considèrent que c’est une source d’économie, mais aussi d’amélioration de l’audience (27 %) et bien entendu une possibilité de réduire l’impact sur la productivité des congressistes de par la réduction des déplacements et des heures non travaillées (27%).

[1] https://www.mylodgevent.com/marche-mice-2015-tendances-2016

Anticipons les changements à venir !

Courbes d'adoption des nouvelles technologies

Source :ASYMCO

 

Un article d’Horace Dediu sur le blog d’ASYMCO suscite ma curiosité ce matin, car son analyse démontre que la durée observée pour l’adoption, par 90% de la population, d’une nouvelle technologie ne cesse de se réduire. En utilisant une échelle logarithmique, la courbe devient quasiment verticale pour les smartphones et tablettes qui n’auront mis que 8 ans pour atteindre un taux de pénétration de 90% aux Etats-Unis.

Cette réduction, couplée à l’allongement de la durée de vie moyenne des individus (zone en vert) implique que les nouvelles générations verront probablement au moins une dizaine de changements technologiques durant leur vie dont environ 5 durant leur vie professionnelle. Changements qui impliquent également des changements comportementaux des consommateurs et des remises en question des organisations. Combien sont-elles en mesure de suivre ce rythme ? Dans le domaine touristique, la généralisation de l’usage du web pour préparer ces voyages et l’échange des données automatisées entre les PMS hôteliers et les agences en ligne ont bouleversé le processus de réservation alors qu’une grande majorité des acteurs travaillent encore avec les paradigmes de la précédente technologie. Sans avoir les données chiffrées du taux d’adoption des OTA, par les consommateurs et par les hôteliers, je parie que nous approchons rapidement des 90%. Usage qui remet en question les systèmes de réservations initiés par les hôteliers (à l’exception des grandes chaines internationales) et les offices du tourisme. Mais au-delà des complaintes sur les conditions tarifaires, combien d’acteurs ont-ils conduit une réflexion stratégique pour s’adapter à cette évolution des comportements ?

Si cette analyse porte sur le passé, des innovations commencent à sortir des laboratoires et ne manqueront pas d’être adoptées par les touristes et voyageurs du XXIe siècle. Les assistants personnels envahissent le marché en 2016 apportant dans leurs applications des avancées notoires en matière de traitement du langage naturel (NLP) et de l’intelligence artificielle. Le concept de « smart resort » commence aussi à se préciser utilisant les capacités augmentées des humains (en autre grâce au wearable computing) et aux objets connectés en commençant par l’un des plus gros qu’est la voiture. Les infrastructures de téléconférence multipoints extrêmement performantes vont se démultiplier permettant la mise en œuvre de solutions du type du produit « Teleprésence » de CISCO bouleversant ainsi l’organisation des MICE.

En prenant pour hypothèse que 5 changements majeurs interviendront au cours des 40 prochaines années (le temps d’une vie professionnelle) qu’elles sont les implications pour les organisations touristiques ?

Qu’en pensez-vous ? Souhaitez-vous que l’on en parle ?

Quelles seront les technologies pour le tourisme demain ?

Chaque lecture des hype-curves de Gartner est une source d’inspiration en particulier pour les applications dans le domaine touristique mais pas seulement.

Source : https://www.aruco.com/2015/08/gartners-cycle/

Les experts du Gartner group considèrent que les applications de réalité virtuelle ou de réalité augmentée se rapprochent du plateau de productivité et il est vrai que le tourisme s’est approprié cette technologie particulièrement dans le domaine culturel. En revanche, la reconnaissance gestuelle n’a que peu été exploitée en dehors des jeux.

Le traitement du langage naturel (NLP) que Gartner positionne sur la phase descendante de son hype curve a du mal à percer dans le domaine touristique. Pourtant, je reste convaincu que ce secteur détient un potentiel non négligeable surtout si associe cette approche avec la traduction vocale instantanée (speech-to-speech translation). J’espère, car c’est un sujet qui me passionne, que des conseillers de voyage et concierges virtuels seront bientôt disponibles pour orienter intelligemment nos hôtes sur un territoire. Au risque de me répéter,  nous avons d’excellents chercheurs en intelligence artificielle en France, mais il nous manque la petite étincelle pour lancer des entreprises pour exploiter ce créneau qui demande quand même une mise de fonds importante pour adapter les algorithmes et acquérir et gérer les contenus. En ce qui concerne les algorithmes, il ne reste plus qu’à espérer qu’IBM accepte de délivrer des licence de Watson, à moins que cela soit Google avec Now ou que SIRI retrouve ses origines avant que ce système ne soit vendu à APPLE. Pour les contenus, nous assistons à une consolidation bénéfique des systèmes d’information touristique (SIT) qui permettra à terme, d’avoir un standard de fait pour accéder aux données des territoires.

Les objets connectés (IOT) suscitent effectivement beaucoup d’espoir. J’ai récemment publié un livre blanc qui couvre pour partie cette approche dans le domaine du tourisme : « Le numérique : un atout pour le tourisme intelligent », La connexion des « wearables » que Gartner positionne comme étant vulgarisée dans 5 à 10 ans, me semble pessimiste car de nombreux équipementiers sportifs proposent déjà des équipements (source http://www.pulscaresport.com/) de ce type comprenant  de la cardiofréquencemétrie en temps réel, de l’analyse post-entraînement, des GPS temps réel haute fréquence, de électromyographie de terrain.

Qu’en pensez-vous ?

Livre Blanc « Le numérique : un atout pour le tourisme intelligent »

Une des stations pionnière en ce qui concerne le "smart Tourism"

Photo (c) Office du Tourisme Val-d’Isère – Andy Parant – Une des stations pionnière en ce qui concerne le « smart Tourism »

13.08.15  – C’est toujours l’été et vous êtes peut-être en vacances ou très occupé pour prendre soin des touristes qui sont encore dans votre station ou votre hôtel. Mais l’été c’est aussi une période qui permet de prendre du recul et  d’imaginer les actions qu’il vous serait possible de mettre en œuvre au cours des mois à venir. Alors, je vous propose une réflexion  sur le thème du « smart tourism » ou « tourisme intelligent » que j’ai matérialisée sous la forme d’un livre blanc :

«Le numérique : un atout pour le tourisme intelligent »

Sans renier des définitions beaucoup plus larges, nous avons pris le parti de concentrer notre analyse sur le numérique. Un domaine qui peut apporter beaucoup de valeur tant aux destinations qu’aux touristes. Une réflexion qui porte à la fois sur les aspects sociétaux du « smart tourism » et qui présente 4 expériences conduites à Val d’Isère, Eindhoven, le Grand Tourmalet la Suisse. Nous introduisons les valeurs ajoutées que peuvent apporter les solutions élaborées à partir des technologies d’eBeacon, de traitement du langage naturel  ou encore du « social media data analysis »

 

Pour téléchargez ce livre blanc cliquez sur ce lien.

Pour stimuler les acteurs socio-professionnels de votre territoire sur cette thématique, contactez-moi conference@cyberstrat.net

Les réservations directes ne représentent plus que 57 % des réservations en Suisse

Observatoire Valaisan du TourismeSous la plume du Professeur Roland SCHEGG, l’observatoire Valaisan du Tourisme publie un rapport traitant des « tendances en matière de distribution dans l’hôtellerie suisse et valaisanne en 2014 ».

En 2014, en Suisse et en Valais, une réservation d’hôtel sur quatre a été effectuée via une plateforme de réservation en ligne. Les «OTA» poursuivent donc leur trajectoire de croissance et ont probablement généré plus d’un milliard de francs de chiffre d’affaires en 2014, tandis que, selon les estimations de l’Observatoire du Tourisme ; les hôtels suisses devaient régler entre 90 et 130 millions de francs de commissions (entre 11 et 19 millions en Valais). Dans le même temps, les hôtels suisses ne vendent plus que 57,5 % des nuitées directement aux clients, la situation étant encore légèrement meilleure en Valais avec 62 %. Telles sont les conclusions auxquelles parvient une étude menée en Valais.

Pour découvrir et télécharger l’intégralité de l’étude, c’est ICI !

Croissance du marché de la vidéo promotionnelle en 2013

La promotion des territoires et services touristiques se prêtent parfaitement à la promotion grâce à la vidéo qui permet d’illustrer les expériences que les prospects pourraient vivre s’ils se laissent séduire par votre offre. De plus, les régie proposent maintenant des formules de facturation ou Coût par Vue (CPV), c’est-à-dire que l’annonceur n’est facturé que lorsque les internautes ont visionné la vidéo. Ce marché est en plein essor comme vous pouvez le constater en découvrant les chiffres de l’infographie ci-dessous.

Évolution du marché du RTB (c) Infectious Media

Infographie : croissance du marché de la vidéo publicitaire (2013) – Source Infectious Media

La Haute-Savoie dans le top 12 des régions les plus compétitives pour le numérique

Surprise, la Haute-Savoie se retrouve dans le top 12 des régions les plus compétitives pour le numérique.
Le classement est effectué en compilant quatre indicateurs : EIPE Composite, R&D, Innovation et Business.

Une carte interactive disponible sur le site Internet de la Commission vous fournira plus d’information.
Dommage que nous ne sachions pas exploiter ce créneau industriel pour créer des emplois. Pour ma part, j’ai essayé dans le cadre du CSHSA mais j’ai eu l’impression de prêcher dans le désert.

EIPE_POLES of Excellence_infographics_d3_v5

49.7% de la population est équipée de smartphones

MOBILE Marketing Association vient de publier en coopération avec Comscore, GFK et Mediamétrie le baromètre du marketing mobile qui ne devrait pas laisser indifférent les responsable du marketing touristique.

Non seulement 49.7 % des français sont maintenant équipés de smartphones mais nous sommes 4 sur 5 à accéder à Internet grâce à ces outils.

A mes yeux, le fait le plus marquant reste la domination d’Androïd (56.3%) de part de marché alors que bon nombre de développeur privilégient toujours IOS/Apple qui ne détient plus que 21.8% de ce même marché.

Pour une véritable stratégie du tourisme d’affaires

L’Eco des Pays de Savoie a publié un dossier sur le tourisme d’affaires dans son numéro du 7 février 2014 et m’a demandé à cette occasion d’écrire en 4300 signes une petite chronique sur ce thème que vous trouverez ci-dessous. 

Stratégie de tourisme d'affaires